La mère, la femme, l’amie que je suis.

Je suis la mère qui aime que ses enfants soient bien peignés, bien habillés. Coordonnés même pour les grandes occasions si possible.

Celle qui anticipe les moments où on pourrait être pris en famille en photo pour éviter que son mari soit en noir, elle en bleu et les filles encore en trois autres couleurs.

Je suis la mère qui réfléchit aux anniversaires des mois en avance, qui planifie chaque détail et dépense une énergie folle à organiser chaque fête. Celle qui aime envoyer des cartons d’invitations bien réels, par la Poste, avec un joli timbre si possible.

Je suis la mère qui fait du pain maison, des yaourts, achète en vrac et à la ferme, bio, suisse, local. Celle qui achète du lait bio en bouteille en verre consignées. Qui fait des confitures avec de jolies étiquettes.

Celle qui réfléchit aux cadeaux les plus adaptés, qui achète du joli papier d’emballage et du ruban en satin. Qui achète des livres pour enfant qui ont un sens et dont le contenu est bienveillant.

Celle qui fait son liniment, son savon pour les mains, sa lessive et tous ses produits ménagers. Qui utilise des shampoings solides et du savon d’Alep.

Je suis la mère qui réfléchit aux goûters qu’elle propose à ses filles, qui utilise des remèdes naturels autant que faire ce peut. Qui va amener sa fille à l’école en vélo au lieu de prendre la voiture.

Celle qui fait poser ses filles pour les photos de fin d’année et envoie des cartes de vœux par la Poste. Celle qui aime encore écrire de « vraies » cartes postales à la main.

Je suis la femme qui aime que tout soit rangé chez elle, surtout quand elle reçoit. Qui aime faire des belles tables et dresse les couverts et les verres avec un torchon en tissu pour ne pas faire de marques de doigts. Celle pour qui tout doit être prêt quand les invités arrivent.

Je suis la femme qui ne prend pas le temps de se maquiller tous les jours, mais qui aime avoir toujours les ongles vernis.

Celle qui n’aime pas porter plus de trois couleurs, achète ses habits dans les grandes enseignes de fast fashion, mais aime les sacs de luxe et les lunettes de soleil de marque.

Je suis la femme qui aime aider les autres, leur rendre service et partager avec eux.

Celle qui aime que sa voiture soit propre, surtout quand elle doit prendre quelqu’un avec.

Je suis la femme qui aime les intérieurs minimalistes, mais chaleureux. Celle qui préfère quand tout est accordé, lisse et aligné.

Je suis cette femme qui a confiance en ses capacités, en ses talents et en son intelligence.

Je suis l’amie qui écrit des messages aux anniversaires. Qui se met des rappels pour le déménagement de X, l’opération du fils de Y ou le cadeau de naissance du bébé du collègue de son mari.

Celle qui s’intéresse à beaucoup de choses. Tout le temps. Qui aimerait lire et apprendre sur tout, qui aimerait savoir coudre, tricoter et crocheter. Cuisiner et pâtisser. Repeindre des murs, poser du carrelage et faire des trous à la perceuse. Apprendre à parler italien. Organiser des sorties au resto avec son amoureux pendant que les enfants sont gardés par une baby-sitter. Regarder avec gratitude ses filles jouer paisiblement toutes les trois pendant des heures. Celle qui aimerait appeler ses grands-mamans toutes les semaines, aller les voir plus souvent. Organiser au moins une fois par an une rencontre avec ses cousins. Passer plus de temps de qualité avec ses enfants. Prendre plus de temps pour elle. Dire merci à ceux qui l’aident. Planifier ses repas et ses courses à l’avance. Faire du batch cooking.

Voilà. Tous ces détails sont vrais. Tu as peut-être appris des choses sur moi. Tu vois ces aspects de moi sur les réseaux sociaux ou dans la vie de tous les jours. Tu penserais peut-être que ma vie ressemble à ça tout le temps, si je ne choisissais pas de partager aussi d’autres moments, moins parfaits et moins jolis. Mais je ne partage pas tout. Je garde pour moi certains moments encore plus beaux, mais aussi certains moments encore plus difficiles.

Je suis la mère qui a beaucoup de bonnes intentions, mais qui les oublie la plupart du temps parce qu’elle est fatiguée, lasse, usée. Celle qui crie trop souvent ou qui dit des phrases qu’elle regrette à peine elles ont passé seslèvres.

Celle qui fait trop de choses à la place de ses enfants parce que comme ça, ça sera plus vite fait. Celle qui ne se laisse pas aider beaucoup parce qu’elle ne peut pas s’empêcher de le voir comme un signe de faiblesse.

Je suis la mère dont la famille est bien habillée sur les photos, mais qui n’aime pas se voir dessus quand même, celle qui retouche sa ride du lion sur la photo des cartes de vœux de fin d’année (si si et j’assume totalement !).

Celle qui aimerait profiter de l’instant présent, mais dont l’esprit pense toujours à plus tard, à plus loin, à après.

Celle qui passe tout son temps avec ses enfants et qui pourtant est rarement réellement disponible pour eux. Qui élève la voix trop souvent pour des bricoles.

Je suis la mère qui achète du pain aux graines à la boulangerie et en même temps deux boules de Berlin mangées en cachette de ses enfants. Celle qui achète aussi des cordons-bleu industriels et autres produits suremballés. Celle qui parfois ne met plus les pieds au magasin vrac et à la ferme pendant deux mois et qui fait toutes ses courses en supermarché. Qui du coup achète du lait en bouteilles plastique, du pain emballé et du jambon en barquette.

Celle dont le sol de la voiture est rempli de miettes, de terre, d’herbes, de petits cailloux et les vitres pleines de traces de doigts.

Je suis la mère qui aimerait être à jour dans les albums-photos de ses filles, mais qui a en réalité des années de retard. Celle qui aimerait leur faire une jolie boîte à souvenirs, mais qui a une malle en plastique remplie de fouilli et de dessins non datés.

Je suis la femme qui fait très attention à ce qu’elle met sur sa peau, mais qui utilise encore du maquillage pas clean du tout. Celle sur qui tu peux compter pour utiliser les produits miniatures pas clean des hôtels, tu sais, le Bulgari au thé blanc ou les Molton Brown.

Celle qui prenait trop souvent la voiture pour aller à l’école, parce qu’aller à pied n’arrangeait pas son planning.

Je suis la femme que tu vas croiser dans la rue et qui ne te dira parfois pas bonjour, même si elle t’a reconnue. Pas parce qu’elle est hautaine, mais parce qu’elle se sens mal à l’aise, inexplicablement.

Celle qui se fiche (un peu) d’être en maillot de bain en vacances, mais qui se maudit quand elle a pris le risque de mettre un mini short pour aller au bord du lac alors qu’il fait 35 degrés, mais que forcément elle tombe sur quelqu’un qu’elle connaît.

Je suis la femme qui mange quand elle est stressée, quand elle est fatiguée, quand elle est triste. Et aussi quand elle est heureuse !

Je suis l’amie qui oublie parfois de prendre des nouvelles de la copine dont le papa ne va pas bien ou de celle qui a eu un accident. Celle qui voulait vraiment préparer quelques cookies faits maison à déposer discrètement dans la boîte aux lettres et qui finalement ne prend pas le temps.

Celle qui aimerait plus souvent aller manger ou boire un verre avec des amies, mais qui ne prend le temps que deux fois par an.

Je suis la petite-fille qui n’a pas pris de nouvelles d’une de ses grand-maman depuis deux mois ou qui a volontairement ignoré pour quelques heures l’appel d’une autre parce qu’elle n’a pas le courage de faire comme si tout allait super bien pour ne pas l’inquiéter.

Je suis la mère au foyer qui se demande si ce rôle est réellement fait pour elle, qui se dit parfois qu’il est trop lourd à porter, trop frustrant à vivre. Et je suis celle qui ne sait pas ce qu’elle ferait si elle reprenait le boulot. Ni quand ça sera, ni où, ni avec qui. Mais qui a plein d’idée sur comment dépenser le salaire qu’elle aurait.

Je suis la marraine qui ne s’est pas encore investie comme elle le voulait auprès de son filleul.

Je suis celle qui va se retrouver sans enfant tous les vendredis matins pendant presque 3h et qui se demande ce qu’elle va faire de ce temps, étourdie par cette nouveauté, se sentant presque coupable.

Celle qui se sent parfois seule, qui doute, qui se demande si elle aura les capacités.

Je suis la mère, la femme et l’amie dont les routines et les certitudes ont été profondément ébranlées le samedi 17 août 2019, quand sa fille de 5 ans a été hospitalisée à la fin d’une semaine cauchemardesque, pour des soucis d’angoisses extrêmes qui semblent nous être tombés dessus comme une bombe qu’on n’avait pas vue venir.

Je suis celle qui sait ce qu’elle aimerait changer, sur quoi elle devrait se concentrer, mais qui la plupart du temps peine à y arriver.

Je suis toutes ces phrases. Individuellement et dans leur globalité. Je ne suis ni parfaite, ni un robot, ni un modèle. Je suis une femme, une épouse, une maman, une amie, une tante, une marraine. Un être humain avec ses forces et ses faiblesses, ses qualités et ses défauts. Simplement.

Je partage ce texte avec vous non pas par courage, ni par manque de pudeur, ni par volonté de recevoir des commentaires agréables ou des likes. Mais parce que je sens dans les échanges que j’ai sur les réseaux sociaux que beaucoup de femmes ont besoin de lire ce genre de simples vérités. Ont besoin de savoir qu’elles ne sont pas seules. Que ce qu’elles voient ou imaginent d’une personne n’est pas forcément l’entier du tableau. Non pas que ceux qui ne montrent pas tout mentent. C’est le choix de chacun d’exposer ce qu’il souhaite, de manière transparente ou non.

Et moi, je crois que ça me fait du bien, ça donne encore plus de sens à ce que je vis, à mon cheminement, que de pouvoir en partager certaines bribes et espérant qu’elles puissent toucher d’autres personnes.

Prenez soin de vous.

 

 

 

Ma routine beauté naturelle, une petite révolution dans la salle-de-bains

Si vous suivez un peu ce blog, vous savez déjà que j’essaie de faire des efforts pour bannir – dans la limite du raisonnable – tous les trucs crado et pas top top pour l’environnement et la santé, majoritairement dans les produits d’entretien ménagers (l’article complet est ici), accessoirement dans l’alimentation (mais là on va dire que c’est des hauts et des bas ah ah) et également dans les produits de soin. C’est d’ailleurs par là que tout a commencé, après un mega eczéma qui m’a donné envie de me poser quelques questions sur ce que j’appliquais sur mon corps !

Si cela fait bientôt trois ans que j’ai banni gels douche et autres crèmes pour le corps de grands magasins, il m’a fallu plus de temps pour changer toute ma routine de soins, trouver les recettes qui me conviennent et les utiliser suffisamment longtemps pour pouvoir en parler avec le recul nécessaire.

Le but de cet article est de partager avec vous les « produits » que j’utilise et les petites routines que j’ai mises en place. Point de recettes savantes par ici ! Je recherche l’efficacité dans la simplicité et veux éviter d’acheter cinquante ingrédients exotiques (dans des emballages plastique…) pour en faire un masque une fois tous les trois mois !

A noter que niveau maquillage, je suis au tout début du changement, je n’en parlerai donc pas ici. Je me maquille en principe assez peu souvent et j’ai encore pas mal de produits, dont certains ont couté assez cher :-/ Du coup, pas question de tout jeter. Mais j’envisage de remplacer les produits qui se terminent par des versions plus clean, il faut que j’étudie tout ça ! D’ailleurs si vous avez trouvé des alternatives clean aux traditionnelles poudres, bb crèmes, blush, crayons et autres mascaras, je suis toute ouïe, n’hésitez pas à partager en commentaire !

Je ne m’attarderai pas non plus sur ma routine cheveux. Je n’ai à ce jour pas encore trouvé de shampoing solide qui n’empire pas mon souci de cuir chevelu qui gratte :-/ J’utilise alternativement le shampoing hydratation et soin de la marque Lavera et un shampoing anti-jaunissement certainement pas clean du tout acheté chez ma coiffeuse, entretien du blond oblige 😉 Mon mari et mes filles utilisent par contre sans souci des shampoings solides depuis plus d’un an. Pour les enfants, je prends généralement le Kidoodoo de Pachamamai, que je trouve dans mon magasin vrac, pour mon mari le Pure de la même marque.

Les soins du corps

Le savon d’Alep, mon meilleur allié

La première chose que j’ai changée après mon super eczéma, c’est le savon que j’utilisais sous la douche. Avant, plus ça sentait bon, plus jamais. Maintenant, comme pour la lessive, je me suis détachée de l’odeur, même si ça reste agréable 😉 J’ai commencé à utiliser du savon d’Alep, qui a également l’avantage d’être nettement moins emballé qu’un gel douche traditionnel. Je le prends à 35% de baies de laurier, c’est une version qui est plus chère que la version « basique », mais plus recommandée pour les peaux sensibles (typiquement les peaux à eczéma, psoriasis, etc.). Après deux ans et demi d’utilisation, toute la famille y est passée et on est très satisfaits ! Attention, comme pour le savon de Marseille, à choisir un savon d’Alep authentique et non une version bon marché bourrée d’huile de palme 🙂 Le savon neuf est d’un aspect irrégulier et brunâtre, il révèlera sa couleur verte au fil des utilisations 😉  Son odeur n’est pas à tomber par terre, mais on s’y habitue facilement et elle ne reste pas sur la peau.

L’hydratation avec les huiles végétales

Une des habitudes que je n’ai pas encore réussi à mettre en place, c’est l’hydratation du corps. Je n’en ressens pas le besoin (ma peau ne tiraille pas) et donc j’oublie très régulièrement de le faire :-/ Pourtant, j’ai ce qu’il faut sous la main, car je m’étais mise à la recherche d’une huile sèche sans composant cra-cra et… j’avais eu bien du mal à trouver mon bonheur je l’avoue ! Même certaines marques naturelles incluent dans leurs composants des conservateurs bof bof… J’ai finalement commandé l’huile corporelle Monoï de la marque Carougeoise Forêt Bleue, que je trouve super ! Il faudrait juste que je me rappelle plus souvent de l’utiliser :-/ Depuis, j’ai découvert de nouvelles marques et de nouveaux produits sont aussi arrivés sur le marché, dont ces deux huiles 100% clean qui semblent aussi de très bonnes alternatives : l’huile sèche corporelle bio de la marque Avril Cosmetics (marque française) que l’on peut trouver ici et les huiles corporelles de la marque vaudoise Cocooning Biocosmetics. Evidemment, appliquer une huile corporelle pure adaptée à votre peau va tout aussi bien 🙂

Huile+Corporelle+Monoï+NEW+2018-08
Source : foretbleue.ch

Le gommage pour une peau super douce

Encore un grand classique vraiment top que j’oublie trop souvent… vous l’avez compris, le corps, surtout quand il est souvent caché comme en hiver, j’ai un peu tendance à l’oublier ! Cette recette super simple est tirée du site de Peau Neuve : le gommage corps au marc de café ! Trois ingrédients que vous avez dans votre cuisine (marc de café, miel et huile d’olives), bim bam boum vous mélangez et c’est prêt ! En plus, il paraît que le marc de café est un très bon anticellulite… décidemment, il faut vraiment que je remette ça dans ma routine illico presto 😛 ! Vous connaissez sûrement ce site (et sa version junior, Peau d’enfant), mais moi je ne l’ai découvert qu’il y a quelques mois grâce à mes abonnées ! Et c’est une vraie mine d’or. Vous verrez d’ailleurs que presque toutes les recettes que je me suis mise à utiliser dans la durée viennent de ce site 😛 .

Gommage 1
Source : http://www.peau-neuve.fr

 

Les soins du visage

Ma peau est mixte, avec des zones plutôt sèches et d’autres à tendance normale, voire grasse. J’ai bientôt 36 ans et eu trois enfants en cinq ans ; si j’ai de la chance d’être étonnamment épargnée par les poches sous les yeux malgré un sommeil très chaotique depuis la naissance de ma petite dernière, ma peau me rappelle tous les jours que la vingtaine est bel et bien derrière moi (coucou les rides et le relâchement cutané).

Cela fait maintenant un peu plus d’un an que j’ai abandonné mes crèmes habituelles (j’étais déjà passée des L’Oréal cra-cra à des Lavera) pour ne plus utiliser que des ingrédients « bruts » et ma peau s’en porte très bien ! J’ai n’ai pas connu le fameux « effet rebond » dont on parle parfois lors du passage à une cosmétique plus naturelle. Peut-être parce que j’avais déjà fait la transition avec des produits industriels clean ? Toujours est-il que je ne vais pas vous mentir en disant que ma peau est transformée depuis que j’ai changé ma routine. Passé l’adolescence, je n’ai jamais spécialement eu de gros problèmes de peau (au visage s’entend, le corps c’est une autre histoire ah ah), je suis comme la majorité des femmes je crois : si je mange mal ou juste avant mes règles, je peux avoir des boutons ; ma peau n’est pas parfaite, j’ai des ridules, des rides et des pores dilatés, mais rien d’anormal (ce qui est anormal, c’est plutôt ces peaux parfaites que les filtres et autres retouches nous font passer pour naturelles sur les réseaux sociaux et dans les publicités… mais passons). Par contre je peux dire avec certitude que ma peau est en tous cas autant bien qu’avant, voire même légèrement mieux et c’est donc une grande satisfaction d’arriver à ce résultat uniquement avec des produits naturels bruts !

Démaquillage, nettoyage et hydratation – les soins journaliers

Démaquillage

Je me démaquille presque exclusivement sous la douche. Dans ce cas-là, j’utilise généralement simplement du savon et le maquillage part sans souci (à préciser que 1) je ne mets pas non plus 10’000 couches de maquillage et 2) je n’utilise pas de produits waterproof). J’ai utilisé pendant des mois le même savon d’Alep que pour le corps sur mon visage, mais cet hiver, j’ai remarqué que ma peau tirait après la douche et commençait à présenter plusieurs zones sèches. Je ne peux pas dire si c’est ma peau qui est en train de changer (l’approche de la quarantaine 😛 ?) ou si c’était simplement la saison, mais dans tous les cas ça m’a poussée à chercher une autre solution. J’ai profité d’une commande pour d’autres produits et acheté ce savon de Saponaria recommandé spécifiquement pour les peaux sèches/sensibles et effectivement, mes soucis de sécheresse ont disparu ! Quand il sera terminé, j’ai très envie de tester ce savon équilibrant de la marque suisse Cocooning Biocosmetics.

 

Si par hasard, je ne me démaquille pas sous la douche, j’utilise soit :

  • Le fameux Démaqui’gant de KT Home qui est vraiment top (NB: pensez à en avoir plusieurs car en principe on ne le réutilise pas plusieurs fois de suite pour éviter la prolifération des bactéries, le site propose d’ailleurs des packs semaine à prix avantageux) ;

    DemaquigantDouceur_800.jpg
    Source : kthome.ch
  • Une simple huile végétale (et je vous garantis que ça marche du tonnerre aussi) ! Ma préférence va à l’huile de jojoba qui est très polyvalente (elle peut entre autres être utilisée sans souci par toute la famille) et surtout régulatrice. Mais toutes les huiles peuvent faire l’affaire, tout dépend de votre peau (il semble que l’huile de coco soit à éviter, car elle serait comédogène). Un peu d’huile au creux de la main et on masse doucement le visage circulairement. Une fois terminé, j’enlève le surplus (et les dernières traces) avec une lingette démaquillante lavable. J’utilise depuis un bon bout de temps maintenant un lot de lingettes lavables cousues par Anaïs de « De lettres en lettres » et j’en suis très satisfaite ! J’ai pris un modèle en promo pour pouvoir m’en constituer un petit stock d’une quinzaine de pièces, comme ça je ne suis jamais à court 😉 ! J’ai également récemment pu tester le modèle rond proposé par Alexia de « Mes petits paladins » et sa douceur m’a totalement conquise ah ah ! C’est un modèle plus grand que celui que j’avais déjà, il se prête donc aussi bien comme lingette pour bébé ou même comme débarbouillette 🙂 .

Hydratation

Les hydrolats* en tonique

Avant, j’utilisais le matin un tonique industriel sur un coton jetable… mais ça c’était avant ! Avant de connaître les hydrolats et leurs multiples propriétés ! Ce sont entre autres de parfaits toniques, naturels et plutôt écolo quand on peut les trouver en bouteilles en verre (ce qui est généralement le cas). J’en ai testé de nombreux (là encore, allez vous renseigner sur le net pour savoir lequel conviendrait le mieux à votre peau). Contrairement aux huiles, ils ont vraiment une odeur proche de leur nom, donc plaisir garanti ! Mes préférés : verveine odorante, rose bulgare ou encore fleur d’oranger. Je les commande sur Cosmaking ou les achète à la pharmacie de mon village qui vend les produits Oshadhi. Je les utilise pour différentes choses, mais pour les toniques, je les mets dans un flacon en verre bleu muni d’un vaporisateur et je « pshitt » direct quelques fois sur mon visage nettoyé, effet fraîcheur assuré (puisque conservé au frigo) !

IMG_5402[8074]

* Il est conseillé de conserver les hydrolats au frais

Les huiles végétales** en remplacement des traditionnelles crèmes de jour et de nuit 

Après avoir abandonné les crèmes du commerce, je suis passée à la version la plus minimaliste de la chose : les huiles végétales. Il en existe des dizaines de sortes, vous pourrez donc facilement trouver avec un peu de recherche ou quelques conseils d’une personne avisée, celle qui vous conviendra le mieux. Quelques gouttes suffisent et du coup, niveau prix pour la durée d’utilisation, c’est imbattable ! A vous de choisir ce qui vous parle.

Personnellement, j’ai testé l’huile de noyaux d’abricot (pour ses propriétés – entre autres – illuminatrices, régénérantes et revitalisantes), celle de jojoba et celle de rose musquée (pour ses propriétés – entre autres – régénérantes et anti-âge). Toutes les trois m’ont très bien convenu.

Les huiles ayant toutes des propriétés bien spécifiques et notre peau étant également unique (et changeante en plus ah ah), j’ai décidé il y a quelques mois de m’offrir un sérum personnalisé chez Géraldine de green beauty square. J’ai découvert son concept sur Instagram et j’ai rapidement été très tentée, parce que pouvoir bénéficier d’une synergie d’huiles végétales parfaitement adaptée à mon type de peau me semblait vraiment idéal ! D’ailleurs si ça vous intéresse, tous les détails sur le pourquoi du comment sont ici 😉 . J’utilise le mien tous les matins depuis fin janvier et j’en suis hyper contente ! Quatre gouttes au creux de ma main (qui est la quantité qui me convient pour me sentir confortable) et le tour est joué !

IMG_2903[8102]

Comme je me douche le soir, je ressens le besoin d’hydrater ma peau également à ce moment-là. J’utilise alternativement une huile végétale pure (ma préférée : rose musquée) ou l’huile régénérante Pai Skincare découverte dans l’article de Valentine de l’Heure de la sieste, (que je vous recommande d’ailleurs !) qui a une douce odeur cynorhodon !

IMG_4675

** Certaines huiles végétales se conservent mieux au frais, renseignez-vous donc avant, afin de savoir comment les garder au mieux.

Gommage, nettoyant, masque – les soins hebdomadaires

Par le passé, j’avais beaucoup de mal à faire des gommages ou des masques régulièrement. Avec les enfants, surtout petits, aucune journée ne ressemble à une autre, le rythme et l’horaire changent constamment… difficile pour moi d’encrer une routine. Finalement j’ai remarqué que la valeur la plus sûre, c’était le dimanche soir. Nous ne sommes jamais de sortie tard, école le lendemain oblige, les enfants n’ont pas d’activités extrascolaires et vont au lit relativement tôt avec la bonne fatigue du week-end. Je me suis donc fixé de faire un gommage du visage et un masque ce soir-là.

Gommage

Je fais un gommage minute avec les produits de la cuisine : une (petite) cuillère à café de sucre moulu fin (personnellement, le sucre cristallisé normal est trop agressif pour ma peau, même en massant délicatement), une (petite) cuillère à café d’huile végétale et une de miel, le tour est joué ! Je prépare le mélange juste avant ma douche dans un petit bol et zou ! Pour les huiles végétales, je varie entre celles que j’ai : argan, noyaux d’abricot, macadamia, etc. Mais de l’huile d’olives va aussi très bien. Je nettoie mon visage et je masse gentiment avec de petits mouvements circulaires le visage et le cou, je rince et c’est fait ! La peau est super douce, c’est le top !

Masques

Pour les masques, j’ai tenté pas mal de recettes, avant de me fixer sur deux valeurs sûres : le masque à la spiruline de Peau Neuve et le masque au ghassoul (je mélange simplement une CS de ghassoul avec une CS d’eau tiède, je masse le mélange sur le visage légèrement et je laisse poser 5-10 minutes avant de rincer). Ils nécessitent des ingrédients que l’on n’a pas forcément dans sa cuisine ou sa salle-de-bain (la spiruline – qui est d’ailleurs un excellent complément alimentaire – et le ghassoul donc ah ah), mais qui peuvent être utilisés pour bien d’autre choses, ça ne me dérange donc pas de faire l’investissement.

img_52408105.jpg

Nettoyant spécifique

Voilà le seul « mélange » un peu plus élaboré (et encore, c’est un bien grand mot…) que j’utilise, mais 1) j’en suis réellement tombée amoureuse, je l’adore et 2) je l’ai « fabriqué » une fois il y a plusieurs mois et j’en ai encore pour un moment, donc ce n’est pas vraiment lourd comme tâche 😛 : le nettoyant illuminateur et anti-âge de Peau Neuve. Il nécessite deux ingrédients que vous n’avez pas forcément sous la main : le ghassoul (ah mais ça tombe bien, on peut l’utiliser en masque pour le visage, les cheveux, le corps, tout !) et la poudre d’hibiscus. Attention de bien lire l’article en lien, il ne faut pas laisser poser (à moins de vouloir colorer sa peau 😛 ) et bien se laver les mains après application, les ingrédients utilisés pouvant colorer. A faire une fois par semaine, je suis fan ! D’ailleurs si des lectrices de la région neuchâteloise veulent tenter, je leur donne volontiers un peu de poudre d’hibiscus, j’ai en acheté un bon paquet et au final comme on utilise un petite quantité de poudre chaque semaine, la dose préparée selon la recette de Peau Neuve va me durer encore un bon moment !

* * *

Voilà, j’espère que cet article vous a plu !

Prenez soin de vous 🙂

 

 

Liniment fait maison et soins de bébé

Le liniment et le change de bébé

Si tu as des enfants, tu as certainement entendu parler du liniment.

Pour ma part, je n’en ai entendu parler que lorsque ma deuxième fille devait avoir 1 an et je ne sais pas pourquoi, ce nom me semblait barbare. Heureusement, j’ai pris le temps de m’y intéresser et depuis ce moment-là, bye bye lingettes cracra, on est passé du côté clean de la force !

Il faut dire que pour ma première fille (née début 2012) et pour le début de vie de ma deuxième (née fin 2013), je n’avais pas encore entamé vraiment ma réflexion sur les produits que nous utilisions. Mon aînée a donc eu droit au Mustela et Compagnie, parce que c’était ça qui « sentait bon le bébé ». Si je regrette ? Oui, mais en même temps, j’ai agi avec les informations que j’avais à l’époque, sans penser à mal.

Pour ma deuxième, je suis passée à des produits de type Weleda et au liniment que j’achetais chez Essentialis (il contient du Benzyl Benzoate, qui est un allergène, mais personnellement, nous n’avons pas rencontré de souci avec ce produit).

Pour ma troisième (née en été 2017, donc un bon petit moment plus tard), mon stade de réflexion était tout autre et je me suis dit que ce fameux liniment devait peut-être pouvoir être fabriqué maison. Pour pouvoir contrôler ses composants (car attention, les liniments « tout faits », qu’ils soient industriels ou pas, peuvent cacher des composants tout à fait étonnants et surtout bien cracra) et aussi pour des questions économiques et écologiques.

IMG_4027[4333].jpg

Poursuivre la lecture de « Liniment fait maison et soins de bébé »

Les produits ménagers maison – On s’y met ?

Pourquoi faire ses produits maison ?

Au fil des mois, j’ai posté plusieurs recettes sur Instagram, puis sur le blog pour faciliter les recherches et les redirections en cas de demandes.

Je suis vraiment heureuse de voir que de plus en plus de personnes sont sensibles aux produits qu’elles utilisent, se rendant compte que les produits industriels sont :

  1. Nocifs pour notre santé
  2. Nocifs pour l’environnement
  3. Beaucoup trop nombreux

Le marketing nous fait croire que nous avons besoin de toute une batterie de produits, un pour chaque pièce, chaque appareil. C’est tout à fait faux en fait. D’ailleurs, nos grands-mères n’avaient pas tout ça et elles ne vivaient pas dans la crasse pour autant !

Je suis bien contente d’avoir participé à un atelier de fabrication de produits ménagers maison il y a deux ans, parce que c’est vraiment comme ça que tout a commencé. En fait, je pensais qu’il s’agissait quand même d’une science un peu complexe et qu’avant de me lancer, mieux valait avoir les conseils d’une pro. J’allais en fait découvrir que c’est quelque chose qui est vraiment à la portée de tous et qu’il n’y a pas besoin d’avoir une armoire remplie de 1012 substances exotiques pour cela ! Sans parler du fait que c’est clairement plus économique et surtout écologique (rien que ce que vous allez éviter de jeter comme flaconnage, c’est impressionnant !).

J’ai déjà publié toutes les recettes que j’utilise dans des articles dédiés. Le but de celui-ci est plus de récapituler tout ce qui est documenté sur le blog, d’indiquer quelles recettes vous ne trouverez pas et de faire quelques précisions.

Les recettes

Tout d’abord, je n’ai mis au point aucune des recettes que vous trouverez ici, mais par contre je les ai toutes testées et je ne partage que celles que je trouve efficaces et simples. On peut avoir l’impression en voyant passer certaines recettes que faire ses produits ménagers soi-même est très chronophage. Ce n’est pas du tout le cas des recettes que je partage. Si vous les testez, vous serez surpris(e) de voir à quel point ça va vite ! Une fois qu’on a toutes les recettes sous la main (ou dans la tête) – personnellement, je les ai regroupées dans un petit carnet – et qu’on a les matières premières, ça va très vite. Je les confectionne quasiment tout le temps pendant la journée, quand les enfants jouent ou même sous leurs yeux. Ce n’est pas une tâche à laquelle je m’atèle une fois les enfants couchés, parce qu’il y en a déjà bien assez d’autres !

Pour illustrer mon propos, j’ai décidé de préparer un petit tableau à double entrées qui répertorie les différentes recettes, avec deux catégories (celles qui pour moi sont les basiques, que j’utilise tout le temps, et d’autres plus spécifiques, si on veut aller plus loin dans un deuxième temps) et les matières premières qui sont nécessaires à leur réalisation. Vous pouvez ainsi voir en un coup d’œil qu’il ne faut pas 26 choses et que plusieurs ingrédients vous serviront à préparer des produits différents.

Lien vers le tableau récapitulatif

En regardant le tableau, vous vous rendrez compte que la totalité des recettes de base – à l’exception des tablettes WC – ne demandent que 2 ou 3 ingrédients (y compris l’eau!). Et pour les tablettes WC, j’utilise cette recette que j’avais apprise au cours, mais il y a des versions plus simples si vous cherchez 🙂 .

Liste des recettes disponibles sur le blog :

Sont aussi répertoriés dans le tableau les « produits » suivants, qui ne nécessitent pas de préparation particulière :

  • Détartrant (pour robinets, bouilloires, casseroles, etc.): vinaigre blanc pur ou dilué. Fonctionne aussi bien qu’un détartrant du commerce !
  • Nettoyant pour le sol : savon noir liquide, 50ml par 5 litres d’eau, ou pur en cas de grosses salissures. Fonctionne très bien également, exit le nettoyant cracra sentant la « fête des fleurs » chimique.

Voilà par contre les recettes que vous ne trouverez pas :

  • Tablettes / poudre pour le lave-vaisselle : j’ai utilisé pendant plusieurs mois une poudre du fascicule reçu en cours et puis j’ai remarqué que ma vaisselle était toute terne (pourtant je mettais bien une grosse giclée de vinaigre dans la machine à chaque lavage), mes verres marqués. Bref, ça m’a saoulée. Depuis je n’ai pas retesté d’autre recette, donc si vous avez LA recette pour personne pénible, n’hésitez pas à la partager 😉 . J’utilise les tablettes Coop Oecoplan et le rinçage de la même marque et je suis satisfaite;
  • Produit vaisselle liquide : j’ai fait plusieurs fois une recette que je trouvais tout à fait satisfaisante. Sans tensio-actifs, elle ne moussait pas, ce qui fait bizarre au début, mais dégraissait et nettoyait tout de même bien. Par contre, elle était très liquide (comme d’ailleurs aussi les recettes de savon pour les mains liquide naturelles que j’ai testées…), donc j’utilisais beaucoup de produit à chaque fois. Comme je n’étais pas 100% convaincue, je suis passée au cake vaisselle. Je le trouve plus pratique, même s’il n’est pas totalement irréprochable puisqu’il contient des tensio-actifs.

Encore quelques petites choses :

  • Faites attention aux matières premières que vous achetez, en particulier pour le savon de Marseille. Des informations plus détaillées se trouvent dans l’article sur la lessive maison. On peut obtenir des résultats très différents et potentiellement insatisfaisants si on n’utilise pas les bons produits. De même pour le savon noir, s’il est indiqué qu’il faut du savoir noir liquide (soit du savon noir qui a déjà été dilué), tenez-vous y et n’utilisez pas de savon noir « solide » 😉 ;
  • Je ne rajoute jamais d’huiles essentielles aux préparations uniquement liquides, même si elles sont indiquées dans les recettes (souvent facultatives d’ailleurs), car elles ne se mélangent pas à l’eau sans dispersant ou émulsionnant. En mettre donc dans un spray d’eau et de vinaigre n’a pas vraiment de sens, car elles resteront en surface;
  • Pour le nettoyage d’appoint des sols (pendant la semaine, hors nettoyage hebdomadaire), nous utilisons un nettoyeur vapeur, ce qui permet d’avoir un nettoyage très efficace sans utilisation de produits ménagers. Je vous en dirai plus dans un article dédié prochainement ;
  • Avant d’utiliser un produit, quel qu’il soit – industriel ou maison – , renseignez-vous s’il est adapté à vos surfaces ! Le vinaigre par exemple ne doit pas être utilisé sur des surfaces en pierres naturelles telles que le marbre; les sols en bois non traité ou huilé doivent également être traitées de manière spécifique.

* * *

Voilà, j’espère que ces petites explications vous auront donné envie de vous y mettre ou de vous y plonger encore plus 😉 . N’hésitez pas à me poser vos questions ici ou sur Instagram !

Crème à récurer maison

Crème à récurer maison

Il y a quelques semaines, je me plaignais en story que la nouvelle coiffeuse reçue par ma fille pour ses 5 ans présentait déjà plein de marques sur son joli plateau blanc. A mon sens, ce genre de marques était irrécupérable.

Apparemment, je fais partie des rares personnes qui ne savaient pas qu’en réalité, elles partent super rapidement en utilisant du « CIF », ce qu’on appelle apparemment une crème à récurer. Evidemment que je connaissais ce produit, mais je ne me rappelais l’avoir utilisé que pendant mes cours d’économie familiale à l’école secondaire, pour nettoyer ces anciennes plaques de cuisson qui avaient un plateau en inox. Bref. Même si je n’étais pas passée aux produits faits maison, je n’aurais pas eu cet article en stock.

Poursuivre la lecture de « Crème à récurer maison »

Nettoyant pour surfaces vitrées

Les vitres, ah les vitres… ne m’en parlez pas ! Les miennes sont toujours bien trop sales. Comme chez beaucoup de monde. Il faut dire que c’est pas forcément la priorité.

Pour les vitres des fenêtres, j’utilise depuis plusieurs années le nettoyeur de la marque Kärcher. Je nettoie avec ça et pour « finir », je passe un chiffon microfibres imbibé d’alcool de ménage pour enlever les dernières traces (sur les bords notamment). J’en suis vraiment satisfaite.

Par contre, dans la vie de tous les jours, j’ai quand même des surfaces vitrées à nettoyer : les différents miroirs de la maison, rapidement couverts de jolies petites traces de doigts ou éclaboussés de dentifrice en mode expert (= du haut en bas, tu sais même pas comment c’est possible) et notre table de salle à manger qui est en verre (la bonne idée. L’achat de non parents quoi). Bref.

Poursuivre la lecture de « Nettoyant pour surfaces vitrées »

Nettoyant pour le four

Oui, je sais, il paraît qu’il y a des fours qui se nettoient tout seuls comme des grands (mais ça marche vraiment ?). Mais pas le mien. Pas que je sache en tous cas. Il faudrait peut-être que je regarde le mode d’emploi une fois 😉 .

Bref, un four, ça se salit et comme on le nettoie rarement à chaque fois directement, on recuit, ça sèche, ça durcit et après c’est la cata.

Les produits industriels, il ne faut pas se mentir, si tu laisses bien agir, ça marche du feu de Dieu. Mais l’odeur horrible sur le moment et SURTOUT les premières fois où tu rallumes ton four (genre limite ça te pique les yeux) te font bien te douter de la somme de cochonneries super néfastes tant pour notre santé que pour l’environnement (sans parler dans la super bombe sous pression qu’il faudra éliminer un jour ou l’autre).

Poursuivre la lecture de « Nettoyant pour le four »